Le syndrome de Noé

Ce syndrome est qualifié ainsi en référence à un récit biblique qui met en scène le patriarche Noé dont l’Histoire nous est racontée dans le premier livre de la Bible : le livre de la Genèse. Avant de frapper la terre par le Déluge, Dieu ordonne à Noé de construire une Arche et d’y recueillir chaque espèce animale, mâle et femelle afin de repeupler la terre après les eaux du Déluge. C’est donc ce récit qui a inspiré l’appellation de ce syndrome qui en anglais renvoie au concept de « animal hoarding » qui pourrait être traduit par le fait d’amasser, de collectionner des animaux. A quoi renvoie le syndrome de Noé plus précisément ? Quelles sont les conséquences sur les animaux ? Quelle prise en charge pour les malades qui souffrent du syndrome de Noé ? Nous vous disons tout dans cet article.

chats

Qu’est-ce que le syndrome de Noé ?

Le syndrome de Noé encore appelé « animal hoarding » renvoie au désir compulsif chez les individus qui en souffrent de collectionner des bêtes se sentant comme appelés à une mission pour sauver les animaux. Le plus souvent, il s’agit d’animaux de compagnie tels que les chiens et chats. Les « hoarders » éprouvent un besoin effréné de posséder toujours plus d’animaux de différentes sortes sans pour autant avoir les moyens de les entretenir convenablement. 76% des individus atteints par cette maladie sont des femmes. Plus de la moitié d’entre elles dépassent la soixantaine et vivent dans la solitude et souvent dans une précarité financière.

Le syndrome de Noé se déclare par un certain nombre de critères précis permettant de l’identifier. En premier lieu, on peut noter l’excès d’animaux que l’on accumule au-delà du raisonnable dans un espace de vie exigu sans que le personne ne réalise les conditions de promiscuité auxquels sont soumis les animaux. Ensuite, les « hoarders » ont le sentiment inébranlable qu’ils doivent sauver un nombre toujours plus grand d’animaux. On note également un déni de la souffrance des animaux, ce qui place l’individu dans la situation paradoxale où se voulant sauveur, il finit par devenir un bourreau compte tenu des conditions draconiennes dans lesquelles évoluent les animaux.

Quelles sont les conséquences sur les animaux ?

Les conséquences sur les animaux sont multiples. On peut noter premièrement le manque de soins. Le « hoarder » peut se retrouver vite dépassé par le cours des choses du fait du grand nombre d’animaux, il n’aura ni le temps matériel, ni les moyens financiers de s’occuper de toutes ces bêtes. Il a du mal souvent à reconnaître le mal dont souffrent les animaux ce qui le conduit à négliger leur bien-être. Les animaux peuvent rester longtemps sans être consultés par un vétérinaire.

A ce manque de soins, s’ajoute la surpopulation qui prend en compte deux aspects, le nombre d’animaux mais aussi la taille de l’espace vital dans lequel ils évoluent. En l’absence de mise en quarantaine, cette surpopulation favorise l’apparition de maladies et accroît le risque de contagion.

Comment prendre en charge les malades souffrant du syndrome de Noé ?

Ce syndrome n’est pas à négliger, il est assez répandu. Cette maladie peut intervenir à tous les âges avec toutefois une prédisposition particulièrement forte pour les femmes du troisième âge vivant seules. Le Manuel de Diagnostic et Statistiques de l’Association américaine de psychiatrie dénommé DSM5 classe se trouble mental dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Le traitement de cette maladie nécessite encore des recherches approfondies pour mieux en cerner les contours. Une identification des causes de la maladie permettrait un meilleur traitement.